Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

La nuit de la badasserie

Demain, jeudi 26 Janvier, cela fera exactement 11 ans, merde, 11 ans, que je suis arrivée à Vancouver.

ntm

Quand je regarde les photos de soirées avec les frenchies et les australiens, à mon arrivée, mais c’est fou,  je n’ai pas changé !!! (enfin, faut le dire dire). Où sont dont passées ces 11 années (j’ai bien envie de dire dans mon cul, et je n’aurais pas tout à fait tort)?

Ce qui est intéressant, c’est que mon cercle d’ami(e)s les plus proches, même si nous ne nous sommes pas rencontrés immédiatement, sont arrivés à peu près en même temps. En moins de deux, nos chemins se sont croisés (souvent par le travail, ou le blog) et quelques verres de vin ou lattes plus tard, les amitiés étaient nées.

11 ans.

Hier, mon coach m’a envoyé un message à 10h du soir pour me dire que ça y est, les vacances (aka 4 entrainements par semaine) étaient presque finies, j’étais bookée pour mon 2ème match amateur en Mars. J’ai réalisé que je n’avais pas vraiment raconté comment ça s’était passé ce 25 novembre.

Après 12 semaines d’entrainement, il a fallu aborder deux sujets TRÈS importants en Novembre : le choix de quoi porter à la pesée officielle (je l’ai finalement joué comme tout le monde, je me dévoile, on s’en fout de la cellulite je t’emmerde je tape plus fort) ET ma musique d’entrée en scène (enfin dans la salle). J’ai pensé M83, Gil Scott Heron, Stromae… Et après concertation avec ma soeur, on a voté pour un bon vieux NTM, That’s my people.

Bin ouais, à plus de 40 piges, j’ai traversé une salle plein de testostérone, en petit short brillant, brassière assortie, casque, et Nique Ta Mère, yay. Cherchez l’erreur. Mine de rien, quand j’ai entendu les premières notes de musique, j’ai pensé à ma soeur, et surtout à l’autre fille que j’allais bien taper.

Après NTM,  on m’a présentée, je suis montée sur le ring, l’arbitre a dit Go, j’ai tapé tapé tapé, kické kické et rekické. Elle a tapé aussi. Mais moi, plus. Et 3 rounds plus tard, mon bras était levé, la médaille empochée et des larmes versées. J’allais ENFIN pouvoir manger mon burger (le dernier datait de mon précédent combat en Mai) et boire du vin.

Donc, la question, pour le prochain match. On la joue encore French Rap ? Ou alors, on change de style :

 

5 Responses to “La nuit de la badasserie”

  1. So

    Ah ah 😄 ou alors “il est l’bonheur, il est ouuuuu ??” Jdis ca jdis rien…
    Pouet !

  2. Nanou

    Bravo bravo bravo pour tout! Et moi je te dirais bien de n*quer tout le monde à base de supra-funkitude-je-le-fous-de-la-gueule-des-blingueurs (gentiment), donc le suprême 24K de Brrrrrrrrrrrrrrrruno Mars!
    “Why are you mad, fix your face!” Tu l’aideras à la fixer (:-D

  3. Carolinetys

    Moi je dis : Faut pas changer une équipe qui gagne 😀

Comments are closed.