Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le Bradley Cooper de Surrey

En Septembre, j’étais tombée sur le blog d’une stand up comedian de Toronto, hilarant, sur sa semaine sur Tinder.

J’avais entendu parlé vaguement de ce truc, surtout en fait de la version gay (Grinder), qui te permet de géolocaliser (parfaitement) l’homme (souvent sans-à poil sur Grinder) le plus près de toi. Le blog était hilarant (je me répète, pour dire COMBIEN j’ai ri), et avait presque attisé ma curiosité. Pi non.

Voici comment cette Christina vendait le truc:
I’m going on 50 first dates to prove how fun being single is:)
P.S. NO MORE being sad about being single. It FACKING rocks!

Bin tiens ! La dame a donc enchainé 50 rdv galants, perso, je me serais suicidée avant, mais bon, il parait que je suis exigeante.

Bref, Décembre, Lyon, 3 verres de rouge, une amie m’en parle, ni une ni deux on télécharge l’appli sur mon Iphone, histoire de voir si le mec pas mal à la table d’à côté est oui ou merde sur Tinder (on en était là). Il n’y était pas, mais, oooohhhh, y en avait tout plein d’autres. J’ai donc passé qqs jours à surfer sur l’appli (quand je dis surfer, c’était surtout Non, Non, Non, Non, Non, Non, Non, oui, Non etc. Ah tiens, je le connais lui, il est pas marié et enfants ?!) avant de finalement tout supprimer, pacque bon.. someone is gonna get hurt.

RIGHT.

RIGHT.

Je passerai sur le seul échange super que j’ai eu pour ne parler que des plus pourris, c’est tellement mieux !

– Salut, tu habites ou?

– Bin en fait c’est compliqué, là, je suis à Lyon, mais demain à Aix-les-Bains, et après à Vancouver.

…..

Next.

(moi) – Tu as ton propre resto? (alors que t’as l’air d’avoir 15 ans)

– oui.

– Super ! Félicitations (genre à la canadienne, GOOD for you !). C’est ou?

– Annecy.

(et sinon, t’as appris à poser des questions ou bien?).

 

– Tu es d’ou? (le mec, top model)

– Euh alors c’est compliqué blablabla

– Trouve moi sur Facebook, si tu veux, mon nom c’est xxxx.

(par curiosité évidemment, je l’y trouve, l’ai supprimé depuis, faut pas déconner)

– Et sinon, ton boulot dans la F1, ça consiste en quoi exactement?

– Surfe bien sur mon Facebook!

(euh on n’aurait pas un problème d’égo par hasard?).

DELETE.

Je rentre à Vancouver, mon ami gay tombe d’accord pour la réinstallation de Tinder, c’est reparti:

– Hey ! If you want more pictures, here is my number !

– Err….. well I don’t think I need more pics, there are enough pics on your profile…

(M’envoie 2 photos entre temps).

– So you’re a personal trainer ?

(me renvoie 10 photos de lui torse nu avec ses tablettes de choc). Delete. Je suis à la diet en Janvier.

Next.

– Hey Doll! (le mec a 36 ans)

– You didn’t just call me Doll!

– Yeah why?

-I’m too old to be called a doll.

Et surtout, tu m’as vu quoi?

 

J’aurai tenu 4 jours.

Le meilleur pour la fin, histoire de boucler la boucle, je suis allée boire un café avec ce qui s’est trouvé être le numéro 33 sur le blog de la jeune comédienne (surnommé le Bradley Cooper de Surrey).

Is it good or is it bad?

 

2 Responses to “Le Bradley Cooper de Surrey”

  1. Nanou

    J’avais suivi aussi les aventures de la fille, et je trouve marrant d’avoir testé. D’un côté j’aimerais pouvoir espérer ET surtout rigoler des pauvres cloches de mecs qui se la pètent sur ce genre de sites. D’un autre, je suis contente d’être casée (pour l’instant hein. Bon OK , depuis 24 ans, mais rien n’est gravé dans le marbre pas vrai? (:-) Donc, pour ne pas avoir à “chercher'”. Mais quelle rigolade, quand même!

    • hellostephanie

      tu as de tout. Beaucoup cherche simplement un retour sur sur propre image. Mais j’ai croisé qqs (enfin, DEUX) sympas et plutôt normaux :) (dont le Bradley Cooper de Surrey).

Comments are closed.