Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le jour de la garde partagée

La résilience, c’est aussi être reconnaissante de ce qui nous arrive et d’en ressortir plus fort.e. J’avais dit que je parlerai de la résilience dans ce contexte, mais ça attendra car 1. Quand je lis sur les réseaux sociaux les trucs du genre : C’est une bonne chose cette pandémie, Oh la la en fait j’adore le social distancing, On l’a bien mérité ce virus, blah blah blah, j’ai pas du tout envie d’être bienveillante mais plutôt de taper quelqu’un.

Voilà…J’adore et c’est tellement accurate en ce moment.

Et 2. Mes petits voisins footeux sont de retour. 3. Accessoirement, ma mère a passé une première fois l’aspirateur à 9h30 en ce samedi matin. Et depuis, RAS (il est 13h26. Mais kesepassetil ??)

13h28 : …… J’avais donc parlé trop vite. Foot chez les voisins et aspi à la maison.

Voilà voilà. On finit donc cette 4eme semaine de confinement. MAIS TOUT VA BIEN.

La fin de la semaine dernière s’était terminée un peu abruptement à vrai dire. Ma petite voisine était venue profiter de la terrasse, le spectacle allait commencer : Les voisins commençaient leur énième partie de foot, et on était prêtes à compter le nombre de ”Allez Toutouilleuuuuuuh”, ”Mais YA CORNER LÀ!!!”, et autres chouignements capricieux du plus jeune (oh mon dieu que je suis méchante). Je cours chercher mon thé afin d’être complètement prête pour le spectacle sonore, je reviens. Silence. Les 3 garnements s’étaient TOUS fait punir en quelques secondes et tout le monde avait été envoyé chacun dans sa chambre, et que ça saute. Et j’avais raté ça.

Noooooooooooon.

Et pi cette semaine, rien. Même pas un petit dribble, une petite faute, un petit but, une anecdote inutile sur un joueur de foot russe inconnu de 1962. Rien. Soudain, ma vie de confinée venait de perdre l’un de ses rituels (entre Chicorée, mots fléchés, puzzles et Les Reines du Shopping, mine de rien, on a réussi à tenir 4 semaines comme ça déjà. J’exagère, y a aussi sport 5jours/7 et réseautage pro).

Et soudain, ce matin, ”Mais t’es nul heu ! Et puis Ouiiiiiinnnn. Et puis BUUT !

Les futurs Beckham (c’est beau de rêver) sont de retour.

Je me suis alors rappelée que le couple était divorcé (ma mère : ”Ouais mais s’il parlait que de foot, tu m’étonnes”. Oh la mauvaise langue). Et ils ont la garde partagée, une semaine chacun.

Allez, pour une finir sur une note positive : Au moins, 1. Ils ne sont pas sur leur tablette ou téléphone toute la journée, 2. Ils jouent en famille.

13h32: Buuuuuuuuut.

Sorry. Not.