Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le jour du déconfinement

Il fallait quand même un post pour marquer THE grand jour. Dire qu’il était tant attendu ne reflète même pas vraiment combien il était tant attendu, pour de multiples raisons.

Des câlins ! #paietoncovid

Alors les PRO’s du déconfinement lundi :

  • J’ai pu voir ma grand-mère… Si on m’avait dit l’été dernier que la prochaine visite que je lui rendrais serait avec blouse, gants et masque… C’est juste terrible de se dire qu’avoir vécu la guerre ne suffit pas et que nos aînés doivent passer par là. Bref. Autant dire que j’ai pleuré, et je ne pensais plus avoir de larmes en stock après ce premier trimestre. WTF really.
  • J’ai aussi pu voir ma tante, que je n’avais pas revue depuis nos journées au CHU de Grenoble. On a déjeuné sur son balcon lyonnais, comme dans le bon vieux temps.
  • Je suis allée me promener dans les Monts du Lyonnais, et n’avais aucun souvenir que c’était beau, et pas loin de la ville. Et ça, ça valait deux mois de confinement (oui, enfin presque, pasque deux mois avec sa mère, c’est long quand même).

Et bien moi, la vaguement asociale que je suis, j’étais ben contente de revoir la ville (merde, c’est beau Lyon quand même), même si après 10 secondes à conduire puis marcher dans les rues, la Nord-américaine qui est en moi trouvait les rues et les places de parking bien trop étroites et les trottoirs sales. Oh well.

Les CON’s :

  • On est évidemment toutes d’accord que remettre des soutifs fait grandement chier. Après 2 mois en brassière Monop’, quelques heures de soutif, c’était juste de la torture.
  • Et… non bin c’est tout en fait

Alors pour résumer cette semaine de déconfinement (mesuré, car en fait, je suis bloquée devant mon ordi à bosser comme une malade), qu’ai-je fait ?

  • Je me suis acheté des chaussures évidemment,
  • Et J’ai eu une date.

Comme j’ai dit à ma mère en rentrant de cette première journée : ”Bin si je devais choper le Covid, ça devrait être aujourd’hui !”.

Oops, still too early for Covid-19 jokes.