Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le jour où… 10 ans plus tard

Bof.

Bof.

Il a fallu un article du Monde pour me pousser à me reconnecter sur mon blog. Tout fout le camp. Ça s’appelle: ”La France pas assez attractive pour les diplômés et cadres, selon LinkedIn”.

J’ai d’abord envie de dire : LOL.

Les lecteurs-trices que je n’ai pas perdu(e)s se souviendront peut-être de ma vie pré-Canada: Doctorat et chômeuse. À faire les camps de vacances en centre social dans un quartier bof de Lyon. À l’université, on ne proposait plus de travail depuis ma soutenance de thèse, c’est bien sûr tout à fait logique, je devenais trop chère.

Depuis mon arrivée dans cette énorme université qu’est UBC il y a pile un an (du moins dans le département des langues & littérature), je n’en reviens pas de l’avancée en à peine 12 mois. Quand la directrice du département insiste largement pour que tu prennes plus de travail, que les anciens te demandent de les rejoindre dans leurs projets de recherche et qu’une coordonatrice de cours te demande ton avis, c’est plus un pied dans la porte mais tout le corps.

Ah et sinon dans mon autre job, la semaine dernière, le management du building a offert le déjeuner à TOUT le building, pour nous remercier… de je sais pas quoi (Appreciation Day). Repas thème Caraïbes, serveurs et musique live.

Bref.

Alors, Le Monde, OUI.

”(…) nombre de nos diplômés et cadres ont tendance à trouver l’herbe plus verte ailleurs. Qu’ils estiment bénéficier à l’étranger de meilleures conditions de travail, de rémunérations plus attractives, d’une fiscalité moins lourde, de moins de pesanteurs bureaucratiques, et surtout d’une ambiance plus favorable à l’initiative et à la création”.

Sur ce, après may gym du samedi, et un gavage de sushi, je m’en vais bouquiner sur la plage mon guide pour Palm Springs la semaine prochaine, hu hu.

Dur l'apéro dans le quartier.

Dur, l’apéro dans le quartier.

2 Responses to “Le jour où… 10 ans plus tard”

  1. Maud

    Bonsoir, je vais entamer des études d’histoire cette année, mon projet professionnel est très flou (pour ne pas dire inexistant..) mais une des voies qui m’attire serait le doctorat. Mais de partout on me répète qu’avec la voie que j’ai choisi je vais être au chômage ce qui m’inquiète étant donné la situation actuelle de la France..Cependant la voie que j’ai choisi me passionne et je n’ai pas envie d’y renoncer..j’aurais donc aimé que vous me donniez plus d’informations sur votre parcours si cela ne vous derange pas: quel doctorat avez vous fait ? Et surtout, comment vous êtes vous retrouvé au Canada ? Avez vous des sites à me recommander pour me renseigner sur l’expatriation ? Je vous remercie d’avance.

    • hellostephanie

      Bonjour Maud,
      désolée je viens de voir ton message seulement aujourd’hui !
      J’ai un doctorat en sciences du langage, et aucun de mes amis qui ont fait le même doctorat n’ont trouvé un poste à l’université, ils ont dû modifier un peu leur projet pro et parfois déménager.
      Je suis arrivée avec un visa Vacances-travail, puis un Visa Jeunes professionnels car mon employeur (une école) voulait me garder, et ensuite j’ai tout de suite demandé la résidence permanente. Mon doctorat et mon expérience pro en france m’ont aidée ici, mais aussi j’étais prête à faire tout type d’horaires, j’ai fait mes preuves quoi :)
      J’espère que ca va t”aider.
      Sans ça, un doctorat en France en sciences humaines, euuuhhhh….

Comments are closed.