Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le jour où j’avais eu la bonne idée de frauder dans le bus

IMG_8974

Ah, on est rebelle ou on ne l’est pas (mwarf’).

Les vacances, c’est fini, youhoo la rentrée est BIEN, j’insiste, BIEN trop tôt. Prendre l’avion le 1er janvier au matin, et la tête dans le cul, dire au revoir à sa famille pour errer dans des aéroports blindés, merci mais non merci.

Sinon, que retiendrai-je de ces 2 semaines. Bin mine de rien, j’étais BIEN fatiguée avec ce long semestre. Il y eut donc quelques siestes devant les films de Noël tout pourris sur TF1 ou M6 (après des joggings le matin quand même). Il y eut des vins français, Rhône, Alsace, Bordeaux, Savoie et j’en passe, des vins espagnols (”Pas donné”, je cite mon père. 7-10 euros. Une BROUTILLE pour la nord-américaine que je suis un peu. Si je revenais habiter en France, je n’achèterais QUE des vins à 7-10 euros, en ayant l’impression de faire une super affaire à chaque fois. Aussi, j’habiterais dans le Sud, au bord de la mer, car punaise, mais quel temps de MERDE quoi).

J’étais donc bien fatiguée mais je ne suis même pas tombée malade, une première. Je pense que c’est grâce aux cures de Curcuma, B12 etc. Alors YAY to Turmeric.

Et je suis allée à Lyon avec la frangine. Beaucoup de shopping, de cafés en terrasses (chauffées), de vin blanc aux Halles, de baguette et d’Art au Musée des Confluences.

D’ailleurs, en sortant du Musée, il nous fallait reprendre le métro pour Perrache, soit 4 stops. Moi, n’ayant aucun papier français sur moi : ”Ça me fait chier de prendre un ticket pour le métro. Et toi? You’re in?

Ma soeur, aussi folle et rebelle que moi, accepte le défi SUPER risqué. Faut dire qu’on s’était déjà lâchées la veille : Arrivées à la Part-Dieu, nous avions essayé de trouver le tramway nous emmenant à Perrache, et après avoir traversé la gare glaciale 2 fois, en vain, nous nous étions jetées à la dernière minute dans un TGV arrivant de Paris et rejoignant Perrache. Les GROSSES fraudeuses quoi.

ratpf-raude

Bref, du coup, super confiantes, nous prenons le Tram, et pendant 2 stops, élaborons, en ricanant comme des niaises, des excuses si jamais nous venions à nous faire contrôler : Moi, j’aurais dit être canadienne (que je suis en fait, quand ça m’arrange), et n’avais donc aucune ID française sur moi. Ma soeur, elle, l’aurait joué beaucoup plus originale : elle serait sourde ET muette, et avait donc prévu quelques signes, genre ”J’t’entends pas, je comprends pas”. Très convaincant.

Je déconne.

Nous en étions là à ricaner comme des cruches quand le Tram arrive à Confluences et que je vois 8 contrôleurs à l’arrêt. Là, y a plus eu ni canadienne, ni sourde et muette, mais 2 connes qui étaient déjà bien à la bourre qui se sont jetées sur le quai, sont allées acheter 2 tickets discrètement, et ont dû attendre 10 minutes (DIX minutes ! wtf) le prochain tram.

Ah Lyon.

4 Responses to “Le jour où j’avais eu la bonne idée de frauder dans le bus”

  1. Marie

    Normalement, quand on est dans le tram et qu’ils sont à l’arrêt suivant, c’est trop tard, il n’est pas possible de descendre sans se faire contrôler ; vous avez eu du bol :)

    • hellostephanie

      En fait ils ne sont pas entrés, ils n’ont vérifié personne, je pense que c’était plutôt préventif et ça a marché :)
      Ici, ils te disent en montant qu’ils vont contrôler donc tu peux avoir le temps de sortir.

  2. Marie

    En effet 😉
    Dis donc c’est cool pour frauder à Vancouver 😀

    • hellostephanie

      Haha oui mais parce que les Canadiens n’ont pas la même mentalité que nous, ça fonctionne. Ça m’est arrivé 1-2 fois de pas prendre de tickets, et du coup sortir quand les controleurs sont arrivés en disant ”ON VA CONTROLER”. haha

Comments are closed.