Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Le soir où j’ai cité Charlotte York (jmfdfmg*)

* et J’aurais mieux fait de fermer ma gueule.

C'est beau ces feuilles qui meurent.

Note pour le prochain date :

Quand tu dînes avec un prof de littérature qui propose une analyse philosophique à … bin tout en fait,

Que vous en êtes à la moitié de la bouteille de vin et que tout se passe superbement bien,

Et que celui-ci décrit l’automne d’une façon romantique (dans son sens littéral) et donc sombre,

Là, et seulement là, au lieu de rebondir, non, tu t’arrêtes, tu respires… et tu souris.

Tu ne dis pas :
” Ah oui, ça me rappelle une scène dans cette oeuvre artistique de référence, ”Sex and the city”, où Charlotte York, tellement stressée par des problèmes personnels, ne se rend compte pas que c’est l’automne, que la lumière est magnifique, les feuilles ont changé de couleur…”.

Voila voilà.

Autant dire qu’après ça, j’ai bien pédalé pour remonter la pente, et ai dû citer Barthes et Foucault,  bref me raccrocher aux branches comme je pouvais.

Allez, sur ce, je retourne lire Hegel et Alfred de Musset, hin hin.

2 Responses to “Le soir où j’ai cité Charlotte York (jmfdfmg*)”

Leave a Reply

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.

Subscribe to this comment feed via RSS