Tribulations d'une Lyonnaise au Canada

Mon degré de séparation avec Don Draper

On note le Red Bull et les faux seins sur la table.

On note le Red Bull et les faux seins sur la table.

Wow, on est seulement le 20 septembre, une copine m’avait dit que ce serait un excellent mois pour les Balances, une histoire de planètes ou de lune, et effectivement, c’est pas pire.

La rentrée a commencé sur les chapeaux de roue, de nouveau plein temps à la fac. Dans la foulée, les évaluations (par les étudiants) de mon cours d’été ont été publiées, et les bras m’en tombent : ”Best language teacher ever”, ”It was like magic”, ”awesome talented teacher”, etc etc.

Bon, sujet beaucoup plus sérieux que ma carrière professionnelle, les mecs. Le boxer. Sigh. Nos sorties vont de regarder de vieux films français en noir et blanc (bien évidemment, je lis aussi les sous-titres en anglais, wtf), à des vendredis soirs sparring (conversation improbable : ”C’est moi qui t’ai fait ce bleu sur l”épaule ?”, ”Désolé pour les coups de pied répétitifs dans la cuisse”. Que des bons moments donc. Le boxer qui donc part dans un mois, à l’autre bout du monde pour 4 mois, et ne veut donc rien de sérieux. 

Encore plus important que tout ça, j’aurais perdu environ 2 kilos (en livres, ça fait plus !!), selon la police les balances. Prête pour le nouveau fighting camp.

Mais ENCORE plus important, ma vie non hollywoodienne. Mes amis les acteurs.

Jeudi dernier, j’ai travaillé comme ”French tutor” sur le tournage d’une production américaine (la série Timeless, grosse grosse production de NBC sur 3 voyageurs dans le temps). J’ai envie de dire French coach, ça pète plus mais tout le monde sur le set semblait avoir entendu parlé de moi, ”Ooooh you’re Abigail French tutor!!!”. Bon, admettons.

Alors Abigail ? Comment ça, vous ne l’avez pas vu sur le red carpet aux Emmys ce weekend ? (uhuh). Quoi, Abigail Spencer, personnage récurrent de Mad Men (l’ancienne prof de la petite Sally) (ou Suits apparement)?!

Ohhhhhhhhh Dooooon

Ohhhhhhhhh Dooooon

J’ai donc passé quelques heures sur le tournage (”Tiens, Stephanie, tu veux regarder le tournage ? Voilà une chaise, voilà le réalisateur et le directeur de la photo” ”Tu as mangé? Tu veux qqchose à boire ?” ”Je te présente les 3 acteurs principaux” etc) de Timeless. Entre les prises, les séances maquillage et costumes de l’actrice principale adorable, je l’ai fait pratiquer les quelques dialogues en français qu’elle devra prononcer dans le prochain épisode (1754, champ de bataille avec des soldats français). La première phrase que j’ai dû lui faire travailler était : ”J‘ai couché avec ta mère”. Pas mal pour un brise-glace. Nous avons papoté un peu, elle m’a posé des questions sur mon boulot (je l’aime mais je pourrai tout à fait me recycler comme French coach sur les tournages de films, quand tu veux Abby, NBC, Hollywood), et on s’est fait un hug en se quittant. Awwwwww.

Quand j’étais ado et jeune adulte, j’étais fascinée par les scènes de tournage et avait toujours voulu voir comment ça se passait, derrière les caméras. Quand on m’a installé une chaise haute (comme celle du réalisateur) juste derrière les écrans, et m’a donné un casque pour écouter les acteurs installés, j’ai souri niaisement, en me disant, this is it, si on m’avait dit ça y a 20, 15, 10 ans. C’est con, mais c’est bon.

Alors hier soir, après l’entrainement, quand j’allais envoyer un sms à Abigail (first name basis), et que vois-je sur mon cell : ”Hi Stephanie, this is Abigail !”… Awwwwww.

Ces petits trucs, ou tu as juste envie de te la péter. Hâte d’y retourner cette semaine. Demander des nouvelles de Jon Hamm et tout ça.

 

2 Responses to “Mon degré de séparation avec Don Draper”

Comments are closed.